Histoire de Tournai

AugusteEn 27 avant notre ère, Auguste (dynastie des Julio-Claudiens) devient le premier empereur de Rome. De 16 à 13, l'organisation de la Gaule prévoit la constitution de trois provinces distinctes (Gaule Belgique, Gaule Lyonnaise et Gaule Aquitaine). La situation semble être stable dans notre région malgré la poursuite d’une politique offensive de l’Empire contre la Germanie. C'est dans cette première moitié de siècle toujours que les Romains s'établissent à Tournai. Le Tornacum romain semble s'être développé à partir d'un camp militaire du milieu du Ier siècle ceint d'un fossé dont le tracé fut recoupé à La Loucherie en 1954. Ce dernier a pu constituer un premier pôle dynamique localisé au carrefour d'axes routiers, l'un venant d'Arras vers Frasnes et l'autre de Cassel en direction de Bavai. Leur point de franchissement de l'Escaut qui limite en outre les territoires Nerviens et Ménapiens est Tournai. Les itinéraires postérieurs, Table de Peutinger, itinéraire d'Antonin, y mentionnent l'agglomération de Turnaco
 
La voie romaine Bavai-Tournai se vérifie par les fouilles archéologiques qui fournissent aussi d'autres informations comme sa largeur à l'entrée de Tournai atteignant près de 10 m. On admet que cette chaussée se prolonge au Nord du vicus pour se diviser en deux branches, l'une en direction de Wervicq, l'autre vers Courtrai. Quant aux autres tracés, leurs parcours ne font pas l'unanimité de tous les chercheurs. L'autre axe de communication d'importance est l'Escaut. Sur le plan économique, les vestiges retrouvés le long des rives montrent son utilisation durant tout l'Empire. Tournai disposait de débarcadères et d'installations portuaires. Ce rôle se poursuit durant tout le Haut Moyen Age puisqu'on lui donne même le nom de portus à l'époque carolingienne.
 
ClovisAu milieu du Vème siècle, les Francs Saliens s'emparent de la cité dont ils font la capitale d'un petit royaume. C'est sur la rive droite de l'Escaut qu'a été découverte, en 1653, la très riche tombe de Childéric, père de Clovis. Au IXème siècle, la ville échappe à la circonscription territoriale dont elle était le chef-lieu depuis cinq siècles et devient une seigneurie épiscopale relevant des rois de France. Les évêques vont étendre leur domination à la rive droite, c'est-à-dire dans l'Empire Germanique. Dès le XIème siècle, le Tournaisis est conquis par les comtes de Flandre qui en font une châtellenie dont le siège se trouve aux portes de la ville, dans un flot de l'Escaut (l'actuel quartier du Château).
 
Enceinte communale 2Vers 1147, les patriciens s'érigent en commune jurée. Ils font construire la première enceinte communale (XIIème siècle) qui emmure les quartiers du Marché, de Saint-Piat et de Saint-Brice. L'évêque est éliminé comme haut justicier; cette situation est consacrée par les chartes de 1188 et de 1211 par lesquelles Pi!lippe-Auguste, roi de France, place la commune dans des rapports de vassalité directe.
 
En 1289, le territoire urbain s'accroît de l'îlot flamand et de ses annexes de la rive droite (le Bruille) ainsi que du quartier industriel des Chaufours (comprenant Allain et Warchin et dépendant de l'Empire). En 1313-1314, le roi de France envahit le Tournaisis, En 1321, l'évêque lui abandonne l'hommage et le fief de la châtellenie et de l'avouerie de Tournai. En 1323, l'avoué vend son office et ses droits à Charles le Bel. La commune se montre cependant si jalouse de son autonomie et parfois si revendicatrice en qu'en 1332, le roi la supprime. La résistance opposée par la ville à Jacques Van Artevelde en 1340 lui vaut la restitution du droit de commune. Un an plus tard, la commune est enfin le seul seigneur de tout son territoire. Cependant, les Tournaisiens sont pressés de payer de nouveaux impôts qui provoquent des émeutes. La commune est à nouveau supprimée en 1367. Le 6 février 1370, elle est rétablie avec une nouvelle Constitution qui donne tous les pouvoirs à l'aristocratie urbaine. La révolution démocratique de 1423 amène au pouvoir aux côtés des eswardeurs, des jurés et des échevins, un quatrième collège, celui des doyens et sous-doyens des métiers. Henri VIII, roi d'Angleterre (1513-1518) laisse subsister ce gouvernement, mais en 1522, Charles Quint supprime l'autonomie communale et les droits politiques des métiers. Tournai et le Tournaisis constituent deux provinces séparées qui subsisteront jusqu'à la fin du XVIIIème siècle.Enceinte communale 1
 
Le 24 juin 1667, la ville capitule devant les troupes de Turenne (guerre de Dévolution) et fait retour à la monarchie française. En 1709, lors de la guerre de Succession d'Espagne, Tournai est repris par les Anglo-Hollandais. Les traités d'Utrecht (1713) et de Rastadt (1714) en font une ville des Pays-Bas Autrichiens. Elle le restera jusqu'à la Révolution française, exception faite d'un court retour à la France après la bataille de Fontenoy, (guerre de Succession d'Autriche) du 11 mai 1745 à 1748. En 1773, Marie-Thérèse supprime le ressort intermédiaire du Conseil de Flandre et élève le bailliage de Tournai-Tournaisis au rang de Conseil provincial. En 1787, Joseph II, ayant divisé les Pays-Bas en cercles, rattache Tournai et le Tournaisis à l'un d'entre eux. Les révolutions rendent ces dernières réformes éphémères. A cette époque, la ville perd une bonne partie de son territoire; le hameau de la Tombe passe à Kain et celui de Bizencourt à Mourcourt. Les villages d'Orcq, de Warchin et de Rumillies acquièrent leur autonomie.Tournai 1
 
Durant la guerre 1914-1918, la ville souffre de l'occupation allemande. A la Libération, elle fait partie du champ de bataille. Les envahisseurs élèvent des barricades et font sauter les ponts (excepté le Pont des Trous); de nombreuses ruines s'amoncellent autour de ceux-ci et dans les faubourgs; les finances communales sont ruinées. Cependant, les dégâts de la Première Guerre mondiale ne peuvent être comparés à ceux de la Seconde durant laquelle, du 16 au 20 mai 1940, le centre de la ville est bombardé par la Luftwaffe. Les conséquences en sont 250 tués ou blessés, 1.732 maisons détruites, 3.500 maisons fortement endommagées.
 
Le diocèse de Tournai
 
Saint eleuthere 1Le diocèse de Tournai est fondé au VIème siècle. Il s'étend sur la rive gauche de l'Escaut, sur toute l'étendue de l'ancienne civitas tornacensium jusqu'à la mer, l'Yser et la Scarpe. Saint-Eleuthère, le premier évêque, reçoit sans doute en dotation une partie du fisc royal de Tournai. Peu de temps après sa création, l'évêché est réuni à celui de Noyon et le restera jusqu'en 1146.
 
Au début du XIIème siècle commence la construction de la cathédrale actuelle. Neuf paroisses ont existé sur la rive gauche d 'Escaut, à l'intérieur de la Cité. Par contre, sur la rive droite, le chapitre de Cambrai est collateur de trois cures (Saint-Brice, Saint-Nicolas du Bruille et Kain) et l'abbaye de Saint-Amand d'Allain et des Chaufours. Au XIXème siècle, le peuplement des faubourgs provoque la création de trois nouvelles paroisses. Cathe2De nombreuses communautés religieuses se sont établies à Tournai. La première, la très importante abbaye Saint-Martin, vient s'y installer au XIème siècle, et disparaît lors de la Révolution française. Au XIIème siècle naissent l'abbaye Saint-Nicolas des Prés ou Saint-Médard et des maisons religieuses hospitalières : l'hôpital Notre-Dame, la léproserie du Val d'Orcq et l'hôpital de Marvis. Aux XIIIème, XIVème et XVème siècles, il y a encore plus d'une dizaine de nouvelles fondations. En 1552, les Jésuites s'implantent à Tournai qui est un important foyer de protestantisme. Toutefois, la Contre-Réforme n'y connaît un réel succès qu'entre 1569 et 1667. Au XVIIIème siècle, les mesures draconniennes de Marie-Thérèse (1773), de Joseph II (1783) puis de la Révolution française.(1797) vont faire disparaître toutes ces communautés.
 
Cathe
 
La Prospérité Economique
 
La prospérité économique de la ville doit beaucoup à la présence dans le sous-sol de calcaire carbonifère pouvant être utilisé comme pierre de taille ou être transformé en chaux. La première carrière exploitée dès le début du Ier siècle, se trouve sur l'emplacement de la cathédrale. Les fouilles trahissent un recul considérable dans l'art de tailler et d'utiliser la pierre durant la période franque et jusqu'au XIème siècle. Ceci permet de supposer une certaine léthargie dans cette industrie. Mais le XIIème siècle marque une efflorescence qui se prolonge jusqu'au XIVème siècle.
 
Dès le début du XIème siècle, des marchands écoulent leur laine à Gand. Au siècle suivant, leur gilde s'unit à la 'Hanse de Londres', au XIIIème, à celle des 'XVII villes'. Les foires de Tournai sont fréquentées par des marchands flamands, brabançons et allemands attirés par un privilège fiscal. La seconde moitié du XIVème siècle marque une période de déclin et de difficultés financières. Les luttes démocratiques, la diminution démographique aggravée par la guerre de Cent Ans, les pestes et les famines, la décadence du port de Bruges et de la draperie sapent la prospérité économique. Au XVème siècle, la situation se redresse quelque peu grâce à la tapisserie qui est très appréciée et jouit des faveurs des souverains. Sous Philippe II, l'activité locale s'éteint quasi complètement. En 1581, Alexandre Farnèse parvient à reprendre la ville à Pierre de Melun, prince d'Epinoy, qui tenait le parti des Etats Généraux. Le règne des Archiducs ramène la paix. Louis XIV décide d'en faire la plus grande métropole du Nord du royaume. Il fait construire une nouvelle citadelle, moderniser les remparts communaux par Vauban, canaliser et débarrasser de ses entraves le cours de l'Escaut. De nouvelles guerres et le passage à la Maison d'Autriche au début du XVIIIème siècle arrête net ce démarrage. Sous Marie-Thérèse, le gouvernement autrichien s'attache à relever l'économie de la ville. De nouvelles industries naissent. A cette époque, l'industrie textile (tissage, filage, bonneterie) donne du travail à plus de trois mille personnes. Ce sont les onze fours à chaux qui, après le textile, occupent le plus de main-d'œuvre (600 personnes environ).
 
Sous l'Empire, l'importance de Tournai est analogue à celle de Lille mais dès le rétablissement de la frontière et l'instauration du protectionnisme douanier français, on observe le déclin et la disparition de certaines industries. A partir du XIXème siècle, la ville passe à côté des révolutions techniques et industrielles. 

Après les fusions communes, les 2/3 du territoire de Tournai, devenue la plus grande commune de Belgique, sont constitués par des terres agricoles.

Adresse

Carte belgique 1

 

×