Année saint Joseph

En 1948, les apparitions de Tournai ont commencé dans l'école "saint Joseph de la Madeleine" !

Dans une école, le message pour l'éducation des jeunes est assez simple. Joseph avait à veiller sur "l'Enfant et sa Mère" (répété trois fois dans l'évangile de Matthieu) : les filles vont devenir des femmes qui auront la chance de pouvoir porter en elle la vie, et les garçons vont devenir des hommes qui auront la chance d'organiser tout pour favoriser l'accueil et la protection de la vie naissante... Encore faut-il le leur dire !

Cet article nous parle de saint Joseph dans l'Evangile.

Joseph de Nazareth et le patriarche Joseph

Lorsque saint Matthieu au début de son évangile écrit : "Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle naquit Jésus, que l’on appelle Christ", il évoque d’emblée la figure du Patriarche Joseph, fils d’un autre Jacob, le patriarche. Aussi celui-ci peut-il éclairer la figure de St Joseph, à travers leurs traits communs comme à travers leurs différences, chaque être restant toujours unique aux yeux de Dieu.
L’Ecriture les présente l’un et l’autre comme homme juste et droit : Sg 10, 13-14 pour le patriarche Joseph et Mt 1, 19 pour saint Joseph.

A l’un comme à l’autre Dieu se communique à travers des songes pour leur dévoiler quelque chose de leur rôle dans l’histoire du salut. Avant que le patriarche Joseph entre dans son abaissement, deux songes lui sont donnés comme un gage de la victoire de l’œuvre de Dieu à travers tout (Genèse 35, 5-11). A St Joseph il est dit ainsi "ne crains pas de prendre chez toi Marie ton épouse, car ce qui a été engendré en elle vient de l’Esprit Saint."

L’un et l’autre se révèlent d’une parfaite obéissance. Joseph obéit sans délai à son père qui lui demande d’aller retrouver ses frères, sachant pourtant combien ils lui sont opposés (Gn 37,13). Saint Joseph obéit aussi sans délai à ce qui lui est demandé en songe : "il prit chez lui son épouse" (Mt 1, 24).

L’un et l’autre vont être obligés de partir en Égypte. Le patriarche Joseph y partira vendu comme esclave et il sera ainsi sauvé de la mort dont ses frères le menaçaient (Gn 37,28). Saint Joseph est averti dans un songe de fuir le Roi Hérode pour sauver la vie de l’enfant Jésus (Mt 2, 13-14).

Tous les deux sont des « Hommes de silence ». Accusé à tort par la femme de Potiphar, Joseph se tait. L’évangile ne rapporte aucune parole de St Joseph.

Tous deux sont chastes. Saint Joseph est chaste : « et, sans qu’il l’eût connue, elle enfanta un fils » (Mt 1, 25). Et le patriarche Joseph, est appelé chaste, car il a refusé de commettre l’adultère avec la femme de son maître Potiphar (cf. Gn 39,7-20).

La chasteté de l’un comme de l’autre permet à Dieu de déployer son dessein de salut. Pour le patriarche Joseph : il est accusé faussement par la femme de Potiphar à laquelle il avait résisté, ce qui lui vaut la prison. C’est là que se révèle son don d’interpréter les songes, don qui lui vaudra d’être appelé auprès de Pharaon. Saint Joseph est appelé à aller plus loin : le fait qu’il se soit effacé devant l’œuvre de l’Esprit Saint en Marie dans la conception de Jésus nous révèle que celui-ci tout en étant appelé "le fils de Joseph" est bien le Fils de Dieu.

En prolongeant le portrait du patriarche, on devine celui de St Joseph

Intelligent et sage :

- Quand le Patriarche Joseph eut interprété les songes de Pharaon, celui-ci déclara : "Trouverons-nous un homme comme celui-ci, en qui soit l’esprit de Dieu ?" Alors Pharaon dit à Joseph : "Après que Dieu t’a fait connaître tout cela, il n’y a personne d’intelligent et de sage comme toi. C’est toi qui seras mon maître du palais et tout mon peuple se conformera à tes ordres, je ne te dépasserai que par le trône." (Gn 41, 38-40) A partir de ce jour, Joseph régit donc toute la maison de Pharaon.

- En Joseph de Nazareth aussi l’esprit de Dieu réside et après que Dieu lui a fait connaître en songe la conception virginale de Jésus et ensuite les mauvais desseins d’Hérode, il n’y a personne d’intelligent et de sage comme lui. Et Dieu le Père peut lui dire : c’est toi qui régiras toute ma maison, je ne te dépasserai que par la divinité.

Beau :

L’Evangile ne nous dit pas si St Joseph était beau, mais son "saint patron" de la Genèse avait, en tout cas, belle prestance et beau visage (Gn 39,6), comme il sera dit plus tard du jeune David. On peut penser que le descendant de David était beau lui aussi.

Affectueux :

- Le patriarche Joseph consola ses frères et leur parla affectueusement (Gn 50, 22). En outre, dans plusieurs passages de la Gn, on le voit pleurer.

- Joseph l’artisan de Nazareth est certainement lui aussi un homme sensible et affectueux, sans cela Dieu ne lui aurait pas confié Jésus et Marie.

Celui qui donne le pain :

- Joseph nourrit l’Égypte, il entretient sa famille. Ce thème revient sans cesse tout au long des chapitres 42,43,45,47,50 de la Genèse.

- De même, Joseph le Charpentier est celui qui procure du pain et qui pourvoit à l’entretien de Marie et de Jésus. Et, à tous les élus, il a assuré le pain du ciel, nourrissant avec le plus grand soin Jésus-Christ le pain de nos âmes.

Le Seigneur l’assiste. Joseph attire la bénédiction.

- Le Seigneur étend sa bonté sur le patriarche Joseph, il l’assiste et fait réussir tout ce qu’il entreprend. Joseph attire la bénédiction de Dieu partout où il réside.

- Joseph de Nazareth, lui, n’a pas été appelé à avoir d’enfant né de lui, mais à recevoir une plénitude de paternité : sa postérité étendra ses racines et ses rameaux, telle une vigne plantureuse, jusqu’aux extrémités du monde ; et il attire la bénédiction de Dieu sur tous ceux qui ont recours à lui.

 

Mt 1, 16 : une conception virginale

"Jacob engendra [grec : verbe « gennaô »] Joseph,
l’époux de Marie de [grec: « ‘ek »] laquelle
fut engendré [verbe « gennaô » à la forme passive] Jésus,
que l’on appelle Christ (ou Messie)."
(Mt 1, 16)

La paternité envers Jésus est indiquée dans la direction de Dieu.  De même, en Mt 1,18: il y a un nouveau "passif divin", et il est possible de traduire avec «ce qui a été engendré (de Dieu) en elle. »

Mt 1,18-25 : L’annonciation à Joseph

Voici quelle fut l’origine de Jésus-Christ.

Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ;

or, avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint.

Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ;

il décida de la répudier en secret.

Il avait formé ce projet, lorsque l’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit :  

«Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse :

l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ;

elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus, c’est-à-dire : « le-Seigneur-sauve »,

car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

Tout cela arriva pour que s’accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète :

 Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d’Emmanuel,

qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

Une fois réveillé, Joseph fit comme l’Ange du Seigneur lui avait prescrit:

il prit chez lui sa femme ; et il ne la connut pas jusqu’au jour où elle enfanta un fils, et il l’appela du nom de Jésus.

Mt 1, 24, Le Oui de Joseph et le Oui de Marie

"Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange lui avait ordonné et prit avec lui son épouse" (Mt 1, 24). 

Cette phrase de l’évangile en dit long sur l’harmonie entre Joseph et Marie. Le Fiat de Marie et le Fiat de Joseph sont l’accomplissement de l’harmonie originelle entre Adam et Eve, la reprise parfaite de l’Alliance au Sinaï.

L’Alliance au Sinaï était adressée aux hommes et aux femmes, et la tradition juive le souligne : "Le Père de l’univers proclama les dix paroles et oracles… alors que la nation, hommes et femmes ensemble, s’était réunie en assemblée."(1)

Au début de la nouvelle Alliance, un homme et une femme sont interpellés, et nous avons une annonce à Marie (Lc 1, 26-38) et une autre à Joseph (Mt 1, 18-25). Marie après le dialogue avec l’ange donne son assentiment. Joseph pense d’abord à séparer son sort de celui de Marie jusqu’au jour où l’ange lui révèle la mission qui lui est réservée.

Jean Paul II écrivit le 15 août 1988 au sujet de Marie :

« Au début de la Nouvelle Alliance, qui doit être éternelle et irrévocable, il y a une femme : la Vierge de Nazareth.»(2)

Et au sujet de Joseph, le 15 août 1989 :

« L’homme juste [Joseph], qui portait en lui tout le patrimoine de l’antique alliance, a été lui aussi introduit au début de la nouvelle et éternelle alliance, en Jésus-Christ.»(3)

Grâce donc au « oui » d’une femme (Marie) et au « oui » d’un homme (Joseph) Dieu réalise la Nouvelle Alliance : le fils du Très Haut, le Verbe divin revêt notre chair pour devenir, de la façon la plus sublime, l’Emmanuel-Dieu avec nous, et être désigné comme le fils de Marie (Mc 6,3) ou le fils de Joseph (Jn 1,45).

L’alliance conclue sur le mont Sinaï fut comme la naissance d’Israël en tant que peuple de Dieu. Elle apparut comme l’archétype de la genèse même du genre humain au origines du monde. Au Sinaï Dieu créa Israël pour établir une alliance d’amour. Dans l’Eden, Dieu créa l’humanité (représentée par Adam et Eve) pour un pacte d’amitié.

Mais comme après le Sinaï il y eut le péché du veau d’or, Adam et Eve désobéirent et leur rapport qui était auparavant harmonieux se disjoint (Gn3).

Joseph et Marie sont fidèles à l’Alliance : Joseph est juste (Mt 1,19) et Marie est l’humble servante du Seigneur (Lc 1,48) et ils accomplissent la loi du Seigneur (Lc 2,23). Sur la base de leur union avec Dieu, Joseph et Marie vécurent vraiment comme une seule personne (Gn 2,24).

« Joseph fit ce que l’Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse »; ce qui est engendré en elle « vient de l’Esprit-Saint » (Mt 1, 20) : ne faut-il pas conclure, devant ces expressions, que son amour d’homme est, lui aussi, régénéré par l’Esprit-Saint ?

Ne faut-il pas penser que l’amour de Dieu, qui a été répandu dans le cœur de l’homme par le Saint-Esprit (cf. Rm 5, 5), façonne de la manière la plus parfaite tout amour humain ?

Il façonne aussi - et d’une façon tout à fait singulière - l’amour sponsal des époux, et il approfondit en lui tout ce qui est humainement digne et beau, ce qui porte les signes de l’abandon exclusif de soi, de l’alliance des personnes et de la communion authentique du Mystère trinitaire.

« Joseph... prit chez lui son épouse mais il ne la connut pas jusqu’à ce qu’elle eut enfanté un fils. » (Mt 1, 24-25). Ces paroles indiquent une autre proximité sponsale. La profondeur de cette intimité, l’intensité spirituelle de l’union et du contact entre personnes - de l’homme et de la femme - proviennent en définitive de l’Esprit, qui vivifie (cf. Jn 6, 63).

Joseph, obéissant à l’Esprit, retrouva précisément en lui la source de l’amour, de son amour sponsal d’homme, et cet amour fut plus grand que ce que « l’homme juste » pouvait attendre selon la mesure de son cœur humain. » (RC 19)


RC : Jean Paul II, Redemptoris Custos.

(1) Philon d’Alexandrie, De decalogo,32

(2) Jean Paul II, Lettre apostolique Mulieris dignitatem (15 août 1988), § 11

(3) Jean Paul II, Exhortation apostolique Redemptoris Custos 32 (15 août 1989), § 32

Les songes de Joseph (Mt 1,18-25 ; Mt 2, 13-15 ; Mt 2, 19-23)

Une des caractéristiques des songes dans la Sainte Écriture est celle de dépasser l’intérêt privé de leurs bénéficiaires pour s’insérer dans le plan de l’histoire du salut. 

Trois songes de Joseph pour trois étapes clés :

-1- Accepter Marie et donner le nom de Jésus

L’épisode de la vocation de Joseph (Mt 1, 18-25) résout son problème devant l’admirable maternité de Marie dont il se considérait exclu.

La révélation angélique, qui le retient au côté de Marie, a surtout pour but d’assurer la messianité de Jésus, par son insertion dans l’origine davidique, qui advient avec l’imposition du nom : il lui donna "le nom Jésus" (Mt 1,25).

 

-2- Aller en Égypte

Le séjour en Égypte sauve la vie physique de Jésus menacée par le roi Hérode ; c’est aussi la rédemption de l’humanité, opérée pour l’instant dans cette région de l’ancien esclavage, à travers la personne même du Fils et l’intervention directe du Père: "d’Égypte j’ai appelé mon Fils" (Mt 2,15).

 

-3- Revenir et séjourner à Nazareth

La résidence définitive à Nazareth ne répond pas simplement à une exigence de sûreté pour soustraire Jésus à de nouveaux pièges, mais dans le plan de Dieu, elle conditionne toute la vie et la mission de Jésus qui sera appelé le Nazaréen (Mt 2,23), c’est la clé pour comprendre la vie cachée voulue par Dieu pour purifier et sanctifier les réalités quotidiennes de la vie humaine et pour comprendre le secret messianique qui caractérisera toute la mission future de Jésus. […]

 

Puisqu’il s’agit d’événements déterminants dans le plan de Dieu, il est compréhensible que Dieu lui-même indique les voies à parcourir à celui qui en était le dépositaire singulier du mystère, et qu’il l’indique de la manière la plus discrète possible, le songe.

Lève-toi, Prend l'enfant et sa mère !

Jésus est confié à la garde de l’homme, que Dieu juge suffisante, si cet homme obéit à sa volonté et se laisse guider par Dieu. C’est vraiment ce que fait saint Joseph.

Saint Matthieu répète à l’envie une expression choisie :  Les mages virent « l’enfant avec Marie sa mère » (Mt 2,11), "Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère, fuis en Égypte et restes-y jusqu’à ce que je t’avertisse, parce que Hérode est en train de chercher l’enfant pour le tuer." (Mt 2, 13). Joseph doit fuir avec « l’enfant et sa mère » (Mt 2,13), il prend donc « l’enfant et sa mère » (Mt 2,14), et de nouveau il doit prendre « l’enfant et sa mère » (Mt 2,20), il prit donc « l’enfant et sa mère » et rentra dans la terre d’Israël (Mt 2,21). 

Noël et le signe donné

Le fait que saint Luc prenne le temps de parler du geste d’envelopper l’enfant de langes (tellement évident) et non pas de cet autre détail, tout aussi normal, de laver l’enfant pourrait suggérer la naissance virginale : « Elle enfanta son fils premier-né, l’enveloppa de langes et le coucha dans une crèche » (Lc 2,7)

L’ange dit aux bergers : « Ceci vous servira de signe: vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche. » (Lc 2,12) 

Or, il est dit que les bergers voient d’abord Marie, puis Joseph, avant de voir le nouveau né. « Ils trouvèrent Marie, Joseph, ainsi que le nouveau-né, déposé dans la mangeoire » (Lc 1, 16) ; le fait que Joseph soit nommé en second indique qu’il n’est pas le père et que l’enfant a été conçu virginalement, c’est un signe, un signe de la divinité de Jésus qui est Seigneur. 

L’enfant emmailloté de langes, c’est le signe que l’enfant est amoureusement soigné par ses proches qui prennent souci de lui. En effet, lorsque l’Écriture dit « J’ai été élevé dans les langes et parmi les soucis. » (Sg 7,4), c’est pour exprimer la tendresse des parents qui soignent et prennent souci de l’enfant. De la sorte, voir le signe des langes signifie trouver Marie et Joseph.  Avec sollicitude, ils ont donné au Fils de Dieu tous les soins nécessaires à sa croissance et à son développement comme fils de l’homme.

Circoncision et imposition du nom de Jésus

La circoncision d’un fils était le premier devoir religieux du père par ce rite (cf. Lc 2, 21), Joseph exerce son droit et son devoir à l’égard de Jésus. 

A l’occasion de la circoncision, Joseph donne à l’enfant le nom de Jésus. Ce nom est le seul nom dans lequel se trouve le salut (cf. Ac 4, 12) ; et sa signification avait été révélée à Joseph au moment de son « annonciation » : « Tu lui donneras le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera le peuple de ses péchés. » (Mt 1, 21.)

En lui donnant son nom, Joseph manifeste sa paternité légale à l’égard de Jésus et, en prononçant ce nom, il proclame la mission de sauveur qui est celle de l’enfant.

Une offrande pour « leur purification » et la délivrance de Jérusalem (Lc 2, 22)

« Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la loi de Moïse, ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon qu’il est écrit dans la Loi du Seigneur. [...] Et voici qu’il y avait à Jérusalem un homme du nom de Syméon. Cet homme était juste et pieux; il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint reposait sur lui. […] Il y avait aussi une prophétesse, Anne, […] Survenant à cette heure même, elle louait Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. » (Lc 2, 21-38)

Luc 2,22-38 ne s’intéresse pas en premier lieu ni à la purification de Marie puisque ne dit pas « Pour sa purification » mais pour « leur purification », ni à la cérémonie du rachat du premier-né puisqu’il ne mentionne pas les cinq sicles demandés (Nm 18,16).

Saint Luc s’intéresse à « leur purification » (Lc 2,22), c’est-à-dire la « délivrance de Jérusalem », la rédemption d’Israël (Lc 2,38). Pour « leur purification » est offert un couple de colombe par le couple Joseph et Marie présentant l’enfant Jésus. (1) Cette offrande pourrait être rapprochée de l’offrande pour la purification d’un nazir (Nm 6,12), or, Israël peut très bien être comparé à un nazir dès lors que c’est un peuple consacré au Seigneur. (2)

La tradition de l’Église, venant après la passion et la résurrection de Jésus, superpose les étapes et lit dans cet épisode une offrande de Jésus en vue de la croix pour la rédemption de toute l’humanité. Mais il y a toujours un grand intérêt à respecter les étapes historiques. Par ce sacrifice, Dieu peut vouloir purifier Israël afin que son peuple puisse accueillir le messie, le reconnaître et justement ne pas le mettre à mort.

Les parents de Jésus le retrouvèrent chez son Père (Lc 2, 41-52)

Chaque année, les parents de Jésus allaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, ils firent le pèlerinage suivant la coutume.

Comme ils s’en retournaient à la fin de la semaine, le jeune Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s’en aperçoivent.

Pensant qu’il était avec leurs compagnons de route, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.

Ne le trouvant pas, ils revinrent à Jérusalem en continuant à le chercher. C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.

En le voyant, ses parents furent stupéfaits, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme nous avons souffert en te cherchant, ton père et moi ! »

Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne le saviez-vous pas ? C’est chez mon Père que je dois être. » Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.

Il descendit avec eux pour rentrer à Nazareth, et il leur était soumis.

Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements. Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce sous le regard de Dieu et des hommes.  

Pourquoi ?

Quand Jésus eut douze ans, au bout de trois jours de recherche, ses parents le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs. Ils ont souffert de l’avoir perdu apparemment sans raison. Alors, Marie interrogea son fils : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois ! ton père et moi, nous te cherchons, angoissés. » (Lc 2, 48)

Ce "pourquoi" fait écho à un autre "pourquoi"... Celui que Job exprime à Dieu : « Puis engage le débat et je répondrai ; ou plutôt je parlerai et tu me répliqueras. Combien de fautes et de péchés ai-je commis ? Dis-moi quelle a été ma transgression, mon péché ? Pourquoi caches-tu ta face et me considères-tu comme ton ennemi ? » (Jb 13, 22-24)

Marie questionne Jésus qui semblait indifférent à la tempête qui secoua ses parents. Jadis, Job questionnait Dieu et engageait un débat.

Marie le fait aussi, mais avec une grande douceur : dans ses paroles transparaît l’amour et la conviction que Dieu ne se désintéresse ni de leur souffrance ni des assauts de l’angoisse.

Jésus répond. Il accepte l’attitude de Marie comme jadis Dieu avait accepté l’attitude de Job.

Revenons à l’histoire de Job. Plus encore que de guérir de sa souffrance, de gagner le procès que lui font ses amis et de retrouver l’honneur, ce que voulait Job, c’était de voir Dieu : « Je sais que mon libérateur est vivant […] et de ma chair, je verrai Dieu » (Jb 19, 25-26) Et justement, à la fin des poèmes de Job, que se passe-t-il ? Dieu ne répond ni à ses réclamations ni à ses scandales, il ne répond pas aux questions sur la souffrance, ce n’était pas l’essentiel. Dieu a répondu : il s’est manifesté. Et Job est libéré de sa solitude. Job a l’intelligence pour approfondir les questions humaines, ce qui lui manquait, c’était de voir Dieu : « […] maintenant mes yeux t’ont vu. » (Jb 42, 5)

Et qu’en est-il de Joseph et Marie ? « Ils ne comprirent pas la parole qu’il venait de leur dire. » (Lc 2,50). Comme Job, Joseph et Marie n’ont pas d’explications concernant le sens de leur souffrance. Mais ils ont le plus important, ils voient Dieu, ils sont dans la présence de Jésus. « Il redescendit alors avec eux et revint à Nazareth ; et il leur était soumis. » (Lc 2, 51)La soumission de Jésus à ses parents, comme le retour de Job à une vie heureuse montrent que la souffrance est une épreuve qui finalement révèle la justice de l’innocent. Comme l’épisode de Jésus à douze ans, la Passion de Jésus se déroule à Jérusalem durant la Pâque.

Françoise Breynaert

×